mardi 1 juin 2021

Radio Gâtine

Quelques mots à la radio de Parthenay (France, Deux-Sèvres) , où mes œuvres sont toujours posées dans la rue jusque début juin. La radio s'y est intéressée, et ça donne ceci. 



https://radiogatine.fr/news/timoteo-sergoi-le-poete-de-rue-1044



vendredi 28 mai 2021

Au détour d'une rue ou deux, en bonne compagnie

Ca fait toujours plaisir de se savoir en bonne compagnie, affiché dans une librairie dont j'apprécie les choix. 


 Librairie Volders à Saint- Gilles


ici à la librairie Maelström, à Etterbeek

Et, cerise sur le gâteau : un avis pertinent sur "Nuit Bruit Fruit" sur le site de la librairie Antigone : 
https://librairieantigone.blog/2021/04/22/nuit-bruit-fruit-timoteo-sergoi-cactus-inebranlable-editions/


 


jeudi 20 mai 2021

Les grêlons en maelstrom sur Etterbeek

 Dimanche 16 mai, quatrième jour du Fiestival, quatrième jour de poésie avec en complices les éditions Maelström : David Giannoni, Jérémy Tholomé, Julie Lombé, Aurélien Dony, Nadejda, Dominique Massaut, Maxime Cotton, Kev La Raj et tous les autres. Fatigués, épuisés par la pluie et les nuits courtes, écoutés peu et lus assez. Aujourd'hui, dimanche, ce sera sur le marché. Voyez alors ces poètes debout sur une poubelle, sur un banc ou bloc de béton, une pile de palettes ou n'importe quel promontoire improvisé : il (elle) crie entre deux averses ou parle du soleil, un livre ouvert entre les doigts parmi les badauds du quartier européen et ses dix mille langues. Voilà de la poésie au kilo, de la poésie fraîche, en bottes ou en bouquets, messieurs dames! Et tout à coup ça y est, la pluie retombe! Et bientôt voilà les grêlons! Tous aux abris! La poésie mouille!

En attendant le retour du soleil, profitons de l'installation des affiches et des banderoles au-dessus de nos têtes. 



















jeudi 6 mai 2021

Parthenay : Tu te trouves exactement au bon endroit pour...

Parthenay est une petite ville du Poitou. Et le festival AH, tenu par Yvan Griffault a vu sa programmation mise en danger par les autorités, en raison évidemment du confinement. Il reste debout, le Yvan, et propose tout de même un strict minimum de culture. Plutôt qu'une déferlante de théâtre sur la ville pendant 10 jours, il me demande d'installer de la poésie sur tous les murs un mois avant. Puis, fin mai, ce seront les spectacles des Royales marionnettes et ceux de la Cie des Chemins de Terre qui se joueront modestement dans les conditions respec...tueuses. Voici quelques photos de ces murs poétisés pour un mois au moins (jusqu'au 7 juin) . Trente lieux le sont déjà.


Tu te trouves exactement au bon endroit pour lire quelque chose de beau... 

(Sur les escaliers du palais des congrès)

















Très belle rencontre : 5 skaters clament tout haut les mots de cette banderole, sans savoir ma présence. C'est au moment où je m'approche pour photographier qu'ils m'interpellent. Et l'un d'entre eux se dit poète. là, debout devant ses potes, il clame deux ou trois mots de poésie. "Tu es poète, mon frère, signeur d'alarme, étrange mélange d'ange et d'arme."












dimanche 2 mai 2021

Une fresque à Godarville - Hommage à Simone Veil






La nuit peut tomber sur le mégaphone, maintenant, et il peut pleuvoir sur le chignon de Simone. Le vent peut secouer les mots et les gouttes mouiller sa main de femme. Je peux rentrer chez moi et me préparer un petit festin de roi. La fatigue accumulée par trois jours passés tendu en haut d'un échafaudage à chercher des couleurs que je ne reconnais pas (Merci O!! Merci O!) fait de moi ce soir une loque peu loquace. Mais voilà. C'est fait. A la demande du Centre Culturel de Chapelle-lez-Herlaimont (Merci Tristan! Merci Sylvia, Merci Lisa!), et sur le pignon de la gare de Godarville, propriété de La Ruche Chapelloise (Merci Talisia!) figure aujourd'hui le visage de Simone Veil avec une phrase de ma plume. 
Nous pensions faire une fausse plaque d'hommage à Simone. Est-elle passé par ici? A-t-elle un jour pris un train tagué sur ce quai ? Ou habité une maison poussiéreuse de la place? Non, ne cherchez pas. C'est un hommage rendu à la grande dame, rien de plus. 
SUIVONS LES RAILS! Pourvu qu'ils mènent jusqu'à la lune...





















 

mercredi 31 mars 2021

 


Quelle chance !

Comme tout auteur, je cherche à me faire éditer, et voilà que deux livres sortent la même semaine!

Comme une paire de jumelles, nées le même jour, et dans le même étui, les deux publications me permettent de mieux voir le monde.

Ils ont pour titre :

- Mieux vaut en pleurire :

Paru chez Bleu d'encre. Recueil de poésies courtes et souriantes. On y lit :

On voudrait habiter le ciel

Mais le ciel se dérobe

On voudrait retrouver l'enfance

Mais l'enfance est finie

Et quel métier fait-on?


On veut fuir toute guerre

Mais le combat nous suit

Oublier l'abandon, perdre la solitude

Dégager la poussière et s'enfuir loin du bruit

Mais le soir est tombé et l'extase s'endort

Et quel métier fait-on?


Celui d'adulte

Sans rêve et résigné.


- Nuit. Bruit. Fruit. :

Recueil d'aphorismes et de proverbes. On y lit :

- C'est comment un diamant?

- Un noyau de cerise aveuglant.

ou :


Appuyé sur son amour comme sur une échelle,

il nous parle de toi comme d'un astre en plein ciel.


et de nombreux textes de mes auto-collants disparus à ce jour :


Je voyagerai jusqu'à maintenant.


Vous pouvez les obtenir chez moi directement.

Je vous propose, n'ayant pas de préférence entre mes deux petits, un prix pour les deux : 20€ port compris (pour la Belgique). Versez-les sur mon compte Triodos be86 5230 4634 4150, communiquez-moi l'adresse où je dois les envoyer, et hop.

Vous pouvez aussi les obtenir chez les éditeurs : 

https://bleudencreeditions-revue.over-blog.com/

https://cactusinebranlableeditions.com/

Vous pouvez enfin les acheter chez un libraire. Le plus facile est alors d'avoir le numéro ISBN.

Mieux vaut en pleurire- Timotéo Sergoï  (Ed Bleu d'encre): 978-2-930725-40-6     12€

Nuit. Bruit. Fruit - Timotéo Sergoï (Ed Cactus inébranlable) : 978-2-39049-033-3    10€


Bonne lecture, belle journée, printemps doux,

Timotéo

-- 
Stéphane Georis, alias Timotéo Sergoï
timoteosergoi.blogspot.com
+32 (0) 479 491 760

mercredi 24 mars 2021

Chez Zelle

 Chez Zelle, c'est le nom de la maison des jeunes de Louvain-la-Neuve. Ca bourdonne comme une ruche. Et j'y ai donné durant trois jours un atelier de poésie sérigraphiée. Je ne suis pas sérigraphe, non, et des spécialistes étaient là pour assurer : Thomas, Jonas, Isabel et Rosa. Je me suis contenté de donner des pistes d'écriture et d'images pour les participant.e.s, plus nombreux.ses que prévu! Et c'est tant mieux. Résultats magnifiques. Je manque de photos des réalisations de ces poètes-z-et- poétesses. Mais quelles belles journées! Merci. 










lundi 22 mars 2021

Sur les traces d'un ruisseau dans la ville . Journées de l'eau Bruxelles, le 22 mars 2021.

Promenade "Sur les traces de l'Elsbeek" campagne de sensibilisation: restaurer les cycles naturels de l'eau dans la ville . Sur la commune de St Gilles où le sol est un couvercle et où l'eau de pluie jetable part aux égouts , un ruisseau coule à 5 mètre de profondeur sous nos pas dans un pertuis...

Les nuages naissent dans les ruisseaux. Ainsi le ciel est ici souterrain....

Voilà. c'est dit, c'est écrit sur le trottoir à St Gilles. Allez-y voir.





jeudi 18 février 2021

Stoumont : Tous les fruitiers voyagent, et toujours vers le ciel

A deux pas de Spa (n'est-ce pas?), vous trouverez Stoumont. Au milieu d'une forêt, parmi les derniers hivers, sous ce ciel d'eau et de lumière blanche, il y a l'ancienne école des filles. Là, c'est "Chez Monique". Et Monique, c'est une caravane-cuisine, un parfum de lasagnes bio locales, une salle des fêtes peinte en vieux jaune et habitée de fous. Quand l'idée est apparue de relancer la culture dans le coin, une installation de poésie publique s'imposa vite. C'est maintenant chose faite. Quatre hameaux de la commune se retrouvent sous les lettres, les bannières, les poèmes affichés aux fenêtres : Chevron, Rahier, Moulin-du-Ruy, La Gleize et son char (centre de la bataille des Ardennes), enfin Stoumont même. C'est là jusqu'au 16 mars, jour anniversaire du confinement. Ce matin-là, nous démonterons tout  en chantant la fin des jours difficiles. Le printemps n'est pas encore là, mais la sève monte déjà.

Merci Hamza, merci Julien, merci tous les habitants complices : Michel, Delphine, Marie-Josée, les enfants des écoles, le directeur de l'école de La Gleize (que j'ai appelé maladroitement Madame la directrice), et la directrice de celle de Moulin-du-Ruy, la pharmacienne, la boulangère, Dorian du fagotin,... et j'en oublie.